Recueils :

Artistes :

Titres :

Paroles et musique :Pierre Perret
Tonalité :
  • Gb
  • G
  • Ab
  • A
  • Bb
  • B
  • C
  • Db
  • D
  • Eb
  • E
  • F
  • Gb
Ce type-  là,     
Ce type-  là, ni son   mari, ni   moi, on le   connaissait   pas   
Il est v'  nu,     
Il est v'  nu, un ma  tin de pri  ntemps, exh  iber son col   blan   c
  Il nous parla de l'Atlan  tique   
  Et du sau  vage  pac   ifique
Bien a  vant d'abor  der Sing  apour, elle   était déj  à pou   r
 
 
Il a   dit :   
"C'est de   poudre pi  lée de se  rpent que je   brosse mes   dents  
Le plus   fin,    
C'est sans   doute la peau   de zébu   dont sont faits   mes esca  rpins   ".
  Nous, qu'on marche à côté de nos   grolle   s
On   a l'air plu  tôt tart   ignoles
Nous,   comme denti  frice, on s'dé  crasse les cr  ochets à l'  Ajax          
  Elle lui disait : « Mar   cel »
   Il s'appelait Mar   cel
  « Fais  -moi l'Afri  cain    »
   Il lui f'  sait l'Afr  icain  
  Elle lui disait : « Mar   cel
  J'en ai marre de Pa   name
  Fais-m  oi le tam-t  am »   
  Il lui f'  sait le tam   -tam
Au Cap Gris-Nez,
Il jouait du corps au fond des bois avec les vahinés
A Shanghai,
Il avait échangé des Chinois contre des porte-clés
Il avait mis des tigres en cage
Il avait bouffé des sauvages
Aux vieux, il leur suçait les yeux
Y paraît que c'est fameux
 
A ce type-là,
On lui a dit : « On est pas des paumés, on est de Gennevilliers
Mon petit gars »
J'y ai dit : « Moi, moi seul personnellement
Je connais même Orléans »
Mais il avait vu l'Afrique noire
Les plus grands trafiquants d'ivoire
Tous les pays du Benelux
il connaissait Guy Lux
Elle lui disait : « Marcel
Fais encore la mousson ! »
« Bon, passez-moi le sel »
Il lui faisait la mousson
Elle lui disait « Marcel
Bois un verre de vin frais !
Dis-moi l'île aux pucelles !
Est-ce que ça peut-être vrai ? »
Un matin,
Un matin, ils se sont embarqués vers des contrées fleuries
Elle a dit,
Elle a dit : « Je quitte les îles Mollusques pour le paradis »
Le vent du large, bon apôtre
Les a poussés l'un contre l'autre
La mer était trop petite pour contenir leur amour
 
Un fol amour
Se consume au bout quelque temps comme un feu de Saint-Jean
Le Marcel
Lui a dit : « Retourne à tes deux guignols
Bons baisers et bon vent ! »
Du bateau, elle ne vit que la Corse
En lavant les verres par force
Sans adieu, elle quitta Cupidon dans la soute à charbon
Au retour, elle dit : « Votre Marcel
C'est un fieffé salaud
Faites-moi le métro ! »
On lui a fait le métro
Son mari a fait le zouave
Et moi, le pont de l'Alma
Et pleurant de joie
  Elle retom  ba dans nos   bras                        

Contribution

Tonerb, version 1.0

Évaluation

Votre évaluation ?

Recueil(s)

Vous devez vous inscrire ou vous enregistrer afin de gérer vos recueils de chansons...

Vidéo(s)

Version : 1.0
Dernière modification : 2013-06-29
Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes