Recueils :

Artistes :

Titres :

LA SCIENCE DU COEUR
Album "la science du coeur" (2017)
Paroles et musique :Pierre Lapointe
Tonalité :
  • B
  • C
  • Db
  • D
  • Eb
  • E
  • F
  • Gb
  • G
  • Ab
  • A
  • Bb
  • B
Tonalité originelle: Ebm
Mesures à 2 temps
 
(A capella:)
Tu détestes ta jeunesse, tes beaux cheveux blonds juvéniles
Qui descendent, comme la vie, près du mouvement de tes cils
Tu détestes ceux qui, grâce à l'amour, ne sont plus les mêmes
Tu préfères dire « Je t'aime », à grands coups de bouquets de haine
 
 
Tu n'es  Em pas certain d'être bien, mais ja Em  mais tu n' l'avoueras
Avoir  C des gestes qui font rêver, c'est tout  C  c' qui compte ici-bas
Les ma D giciens des temps modernes savent  D  bien comment mentir
Comment fa G briquer le beau, en tuant  G  quelques souvenirs
 
 
Tes a Em mis sont bien, mais tu comprends le  Em  mal du grand Savoir
Que  C même eux ne  C  pourraient goûter, malgré leur force noire
Tous en D semble, vous jouerez, sans malaise, aux  D  grands enfants blasés
Qui  G tanguent de la tête sur des rythmes fanto G  matiques saccadés
Tu re F penses à tes amours, à tous ceux  F  que tu as baisés,
À quel  B point ils avaient l'air heureux d'avoir  B pu te consommer   B 
Tu as  Em pris un verre de trop, mais c'était  Em  pour équilibrer
Les sen C sations provoquées par tes rê C  veries colorées
S'étour D dir est un remède facile, quand  D  l'âme a la nausée,
Face aux  G complications répétées par  G  la vie imposées
 
 
Tu danses,  Em muet, près de ton ami, celui  Em  qui sait te parler
Te rai C sonner quand tes larmes reviennent au  C  pas comme une armée
C'est le  D seul moyen que tu as pu trou D  ver pour oublier
Le poids  G de la solitude qui revient  G  sans cesse te hanter
 
 
Tu ne  Em sais pourquoi, mais même les mouv'ments  Em  dictés par ton coeur
Font que  C tu te sens abandonné au  C  milieu de tes peurs
Crois-tu  D qu'un jour, malgré tout, tu seras  D  capable d'aimer?
Seul mo G yen possible de le savoir, c'est  G  de recommencer
La scien F ce du coeur est un objet d'abs F  traction propulsée
Par la  B volonté qu'ont les gens tristes à  B se laisser toucher   B 
Ça fait  Em déjà quatre jours que  Em  tu n'as pas dormi
Dans ta  C tête, de la musique résonne, te  C  réveille dans la nuit
Comme si  D ta peine avait donné naissance  D  à une symphonie
Est-ce  G là le signe annonciateur d'une  G  prochaine folie ?
 
 
Tu re Em penses à ta grand-mère, te dis qu'elle  Em  t'a vraiment aimé
Tu re C vois sa couche pleine venant tout  C  juste de déborder
Le con D traste est trop mince entre dé D  but et finalité
Mais tu  G te résignes sans peine devant  G  cette fatalité
 
 
Tu re Em gardes tes vêtements, cette i Em  mage immaculée
Que tu  C projettes sans vouloir comme un jeune  C  enfant surdoué
Tu te  D dis qu'un jour, c'est certain, tout ça  D  sera démodé,
Que chacun  G des trophées que tu portes brûl'ra  G  dans l'éternité,
Que ton  F corps devenu flasque et faible au F  ra tout effacé
Les tra B ces de ta jeunesse, les traces trop  B fragiles de l'été.. B  .
(Voix Solo:)
 Em   Em   C   C   D   D   G   G 
 
 
 Em   Em   C   C   D   D   G   G   F   F   B   B   B 
 
 
 Em   Em   Em   Em   Em 

Contribution

Tonerb, version 1.0

Évaluation

Votre évaluation ?

Recueil(s)

Vous devez vous inscrire ou vous enregistrer afin de gérer vos recueils de chansons...

Vidéo(s)

Version : 1.0
Dernière modification : 2017-10-13
Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes