Recueils :

Artistes :

Titres :

MI DISPIACE
album : Le cose che vivi (1996)
Paroles :Giuseppe Dati
Musique :Giuseppe Dati, Goffredo Orlandi
Tonalité :
  • Gb
  • G
  • Ab
  • A
  • Bb
  • B
  • C
  • Db
  • D
  • Eb
  • E
  • F
  • Gb
(Mesures à 2 temps: 1 temps | 1 temps)
 
Intro :                (Tacet)
 
 
           
 
 
Mamma ho sog  nato che bussavi alla mia p   orta
E un po' smarrita ti toglievi i t  uoi occhiali     
Ma per ved  ermi meglio e per la prima v   olta
Sentivo che sentivi c  he non siamo uguali     
Ed abbracc  iandomi ti sei meravig   liata
Che fossi c  osi' triste e non trovassi p   ace
Da quanto t  empo non ti avevo più abbracc   iata
E in quel silenzio ho d  etto piano...mi disp   iace !
Pero' è bast  ato quel rumore per sveglia  |   rmi
Per farmi p  iangere e per farmi ritorn  |   are
Alla mia inf  anza a tutti |   q  uei perduti g  iorni  |      
Dove d'est  ate il cielo diventava m   are
 
 
Ed io con l  e mie vecchie bambole ascolt  |   avo
Le fiabe c  he tu raccontavi a bassa v  |   oce
E quando t  ra le tue br |   acc  ia io mi addorment  avo    |      
Senza sap  ere ancora di essere fel  i - ce.    (Tacet)
           
 
 
Ma a sedici anni io pero' sono cambiata
E com'ero veramente adesso mi vedevo
E mi sentivi ad un tratto sola e disperata
Perché non ero più la figlia che volevo
Ed è finita li' la nostra confidenza
Quel piccolo parlare che era un grande aiuto
Io mi nascosi in una gelida impazienza
E tu avrai rimpianto il figlio che non hai avuto.
Oramai passavo tutto il tempo fuori casa
Non sopportavo le tue prediche per nulla
E incominciai a diventare anche gelosa
Perché eri grande irraggiungibile e più bella
 
 
Mi regal  ai cosi' ad un sogno di pass  |   aggio
Buttai il mio c  uore in mare dentro una bott  |   iglia
E persi l  a memoria    |   m  ancando di cor  aggio  |      
Perc  hé mi vergognavo di esser  e tua figlia    ! Oh, oh,
  |  Oh, oh,      Oh,   oh, oh..     |                    |  
  |          (Tacet)
 
 
           
 
 
Ma tu non bussi alla mia porta e inutilamente
Ho fatto un sogno che non posso realizzare
Perché ho il pensiero troppo pieno del mio nente
Perché l'orgoglio non ti vuole perdonare
Poi se bussassi alla mia porta per davvero
Non riuscirei nemmeno a dirti una parola
Mi parleresti col tuo sguardo un po' severo
Ed io mi sentirei un'altra volta sola.
Percio' ti ho scritto questa lettera confusa
Per ritrovare almeno in me un po' di pace
E non per chiederti tardivamente scusa
Ma per riuscire a dirti mamma...mi dispiace !
 
 
Non è più v  ero che di te io mi verg  |   ogno
E la mia a  nima lo sento ti ass  |   omiglia
Aspetter  o'  pazient |  em  ente un altro s  | (Tacet) ogno.
 
 
Ti voglio bene mamma...scrivimi...tua figlia.
           |     |  
 
  |     |                 
 
  |     |        
 
 
     |        |     |  
 
  |                          
 
 
(Traduction:)
Maman j'ai rêvé que tu frappais à mon porte
Et, un peu perdue, tu enlevais tes lunettes
Mais, pour mieux me voir et pour la première fois,
Je sentais que tu sentais que nous ne sommes pas égales
Et, en m'embrassant, tu t'es émerveillée
Que je fusse aussi triste et ne trouvasse pas la paix
Depuis combien temps je ne t'avais plus embrassée
Et dans quel silence j'ai dit doucement : « Je suis désolée » ?
 
Cependant ce bruit a suffi pour me réveiller
Pour me faire pleurer et pour me faire revenir
A mon enfance, à tous ces jours perdus
Où, l'été, le ciel devenait mer
Et moi, avec mes vieilles poupées, j'écoutais
Les contes de fées que tu racontais à voix basse
Et quand, entre tes bras, je m'endormais
Sans savoir encore d'être heureuse.
Mais cependant, à seize ans, je suis changée
Et je me voyais comme j'étais vraiment maintenant
Et tu me sentais tout à coup seule et désespérée
Parce que je n'étais plus la fille que je voulais
Et notre confidence s'arrête là
Ce petit parler qui était une grande aide
Je me cachai dans une impatience glaciale
Et, toi, tu auras regretté le fils que tu n'as pas eu.
 
Désormais, je passais tout mon temps hors de la maison
Je ne supportais pas tes sermons pour rien
Et je commençais à devenir jalouse aussi
Parce que tu étais grande, inaccessible et plus belle
Je m'offris ainsi à un rêve de passage
Je jetai mon coeur à la mer dans une bouteille
Et je perdis la mémoire en manquant de courage
Parce que j'avais honte d'être ta fille
Mais tu ne frappes pas à ma porte
Et, inutilement, j'ai fait un rêve que je ne peux pas réaliser
Parce que j'ai la pensée trop pleine de mon rien
Parce que l'orgueil ne veut pas te pardonner
Puis, si tu frappais à ma porte pour de vrai,
Je ne réussirais même pas à te dire un mot
Tu me parlerais avec ton regard un peu sévère
Et, moi, je me sentirais une autre fois seule.
Donc je t'ai écrit cette lettre confuse
Pour retrouver au moins un peu de paix en moi
Et pas pour te demander tardivement des excuses
Mais pour réussir à te dire : « Maman... je suis désolée.
Ce n'est plus vrai que j'ai honte de toi
Et mon esprit, je le sens, te ressemble
J'attendrais patiemment un autre rêve.
Je t'aime maman... Ecris-moi... Ta fille. »
(Traduction : site BellaItalia)
 

Contributions

Autres versions Tonerb, version 1.0

Évaluation

Votre évaluation ?

Recueil(s)

Vous devez vous inscrire ou vous enregistrer afin de gérer vos recueils de chansons...

Vidéo(s)

Version : 1.1
Dernière modification : 2016-12-12
Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes