Recueils :

Artistes :

Titres :

LE DOIGT GELÉ
Parodie grivoise du "Pendu de Saint-Germain" de Maurice Mac-Nab (1891)
Paroles :Octave Pradels
Musique :Maurice Mac-Nab
Tonalité :
  • D
  • Eb
  • E
  • F
  • Gb
  • G
  • Ab
  • A
  • Bb
  • B
  • C
  • Db
  • D
Extrait des "Chansons gaillardes de la vieille France" (1960)
 
 
Intro : G   G6   Am7 | D7   G  (x2)
 
 
Cet hi G ver, par un froid in Em7  tense
Rentrant chez  Am7 lui    D7  tout acca G  blé
À sa  G femme, il dit "Mon Hor Em7  tense
Je crois que  Am7 j'ai   D7  le doigt ge G 
Tiens, re C garde, il est insen G  sible
Va, plus d'es Am poir, il  A7 est bien  D7  mort !"
 
 
« Mon a G mi, ce serait hor Bm  rible !
Peut-être  Am7 bien qu'il  D7 vit en G  core »  (x2)
 
 
Mais le  G doigt, misérable  Em7  tige
N'était  Am7 plus, piteux,  D7 racor G  ni
Qu'un  G souffle, un rien, moins qu'un ves Em7  tige
Et Ni Am7 ni, c'était  D7 bien fi G  ni
L'épou C se s'écria plain G  tive
"Si tu le  A7 frictionnais  D7  fort ?
 
 
Tiens, voi G ci de l'eau séda Bm  tive
Peut-être  Am7 bien qu'il  D7 n'est pas  G  mort"  (x2)
 
 
L'eau n'y fit rien. La pauvre femme
Se lamentait dans sa douleur
"Si tu le chauffais à la flamme ?
Ce qu'il lui faut, c'est la chaleur !
Approche donc. Quoi, tu recules ?
Poltron ! Que l'angoisse me tord !
 
 
Comprends bien que si tu te brûles
Ça prouvera qu'il n'est pas mort" (x2)
 
 
Toujours rien. En vain ils varient
L'eau, le feu, le chaud, le froid
Il essaya le bain-marie
Rien ne ranimait plus le doigt
"Ah, fit l'épouse toute blême
Il me resterait un remords
 
 
Si je n'essayais pas moi-même
De m'assurer qu'il est bien mort"
« Si je n'essayais pas moi-même
De m'assu Am7 rer qu'il  D7 est bien  G mort |  "  Eb 
 
 
(Modulation en : Ab )
Oh, la  Ab femme, l'être ado Fm7  rable
Pétrie de  Bbm7 grâce   Eb7  et de bonté Ab   !
Chacune  Ab en sa foi secou Fm7  rable
Est un mas Bbm7 seur    Eb7  de charité Ab 
Elle mas Db sa, mais avec  Ab  rage
Car sté Bb7 rile fut son ef Eb7  fort
 
 
Pendant  Ab qu'il murmurait "Cou Cm  rage !
Peut-être  Bbm7 bien qu'il  Eb7 n'est pas  Ab  mort"  (x2)
 
 
Lasse de la besogne aride
Elle lâchait le doigt transi
Qui s'obstinait, morne et rigide
Quand soudain son front s'éclaircit
"Sommes-nous nigauds tout de même !
La flamme n'y peut rien, d'accord
 
 
Mais il est un moyen suprême
De s'assurer qu'il est bien mort"
« Mais il  Ab est un moyen su Cm  prême
De s'assu Bbm7 rer qu'il  Eb7 est bien  Ab | E  mort"
(Modulation en : A )
 
On n'en A tendit plus, dans la  F#m7  chambre
Rien, si Bm7 non des mots en E7 coura A  geants
Que la  A victime de dé F#m7  cembre
Béga Bm7 yait sur des  E7 tons chan A  geants
Et, tout à  D coup, l'épouse é A  mue
S'écri B7 a : "Mon ami Vi E7  ctor
 
 
Béni  A soit le Ciel, il re C#m  mue
Ah, quel bon Bm7 heur ! Il  E7 n'est pas  A  mort !"  (x2)
 
 
(Modulation en : Bb )
Maris,  Bb méditez cette his Gm7  toire !
Le doigt  Cm7 peut vous ge F7 ler de Bb  main
Vous a Bb vez, la chose est no Gm7  toire
Le re Cm7 mède exquis  F7 sous la  Bb  main
Le feu,  Eb cet élément du  Bb  diable
Peut vous  C7 rendre un peu votre  F7  essor
 
 
Mais le  Bb cul d'une femme ai Dm  mable
Est mil Cm7 le fois plus  F7 chaud en Bb  core.  (x2)

Contribution

Tonerb, version 1.0

Évaluation

Votre évaluation ?

Recueil(s)

Vous devez vous inscrire ou vous enregistrer afin de gérer vos recueils de chansons...

Vidéo(s)

Version : 1.0
Dernière modification : 2014-03-09
Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes