Lundi, le 17 juin, le site pourrait ne pas être disponible pendant une partie de la journée. Tous les efforts nécessaires seront déployés afin de limiter au minimum l'interruption de service.
Désolé pour les inconvénients... et merci pour votre compréhension !
Connexion membre

Recueils : publics
persos
Artistes :
Titres :
Paroles : Richard Gotainer
Musique : Alvin Cambrian
Tonalité :

 E  Le soir, quand je suis tout seul sur le lit de ma chambrette
Dans ma tête je lutine, des minous de minettes
 A7  Des nanas cousues main, que j'imagine partout
 B Tout s G eul je fais l B a fête,     G 
 B j'mets l G a literie tou B t sans d'ss G  us d'ssous
 A DG J'suis un malade du porte-jarretelle
 C C'est  C la b B alla Bb de ob A sess E  ionnelle.
 
 
Des valises sous les yeux, je hante les sex shops
Toujours à la recherche d'une dose un peu plus forte
J'ai même dans un placard, une copine en latex
Mais ça ne me suffit plus, je suis un drogué du sexe
Dans le fond des yeux j'ai une lueur salace
C'est la ballade du gros dégueulasse.
 C Tapi  D dans les four C  rés, embusqué dans un square
J'att D ends qu C  e sur un banc s'assoupisse un vieillard
Pu D is s C ans  E  le réveiller, je l'habille en baby doll
Et j'y dis des gros mots tout en montrant mon guignol
 A J'ai  D la l G  ibido tourmentée
 C C'est  C la b B alla Bb de du A  désaxé.
 
 
Tout nu sous un manteau et les mains dans les poches
Je descends en chaussons rôder dans l'avenue Foch
Je vais telle une bête, j'épie la nymphomane
En montrant ma doublure pour faire peur aux vieilles dames.
 
 
Des grenades dans la poche, les goupilles à la main
Je vais essayer des slips dans les grands magasins
Je capture des otages, je les maintiens en respect
Et je les force à écrire des trucs sur le mur des cabinets
Je suis un violent de l'obscénité
C'est la ballade de l'obsédé.
 
 
Un jour, sans aucun doute, tout ça finira mal
Croyant voir une fumelle, je sauterai sur un mâle
Mais là je termine ce blues et comme un lamentable
Je cours faire des petits bébés, à ma poupée gonflable
Je peux pas m'empêcher d'y penser
C'est la ballade du désaxé.
 
 
Je suis un malade du porte-jarretelle
C'est la ballade obsessionnelle.
Dans le fond des yeux j'ai une lueur salace
C'est la ballade du gros dégueulasse.
Version : 1.0
Dernière modification : 2018-03-05
avertissement Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes