Connexion membre

Recueils : publics
persos
Artistes :
Titres :
Paroles et musique : Lynda Lemay
Tonalité :

Ç A a faisait deux p'tits mois d'amour qu'on  E  s'connaissait
Pa A s un seul accroc dans l'parcours, c D  'était parfait
On a f A ini par s'faire l'amour, on a ch E  oisi notre moment
On  ét A ait mûr, on était sûr, de nos m E  oindres p'tits sentiments
 
 
J'étais sc A eptique, j'étais peureuse, t'as mis de E  ux mois
À remettre A  ma confiance boiteuse, en bon D  état
J'avais bais A sé mon bouclier, cessé de n E  ous prédire une guerre
J' A étais en train d'emménager, lorsqu E e j'ai vu…..les so C  uliers verts
 
 
Des souliers verts à talo F  ns hauts, dans l'garde-robe
Une paire d G e souliers verts, aussi suspects q C  u'ignobles
J'les ai  Am r'gardés droit dans les semelles, quand ils  E  m'ont sauté dans la face
Et ça pua F it la maudite femelle, qui a dû  G  les porter rien qu'en masse
Et  C ce fut un interminable  F face à face,
C' G était entre moi et la vieille p C  aire de godasses
Et j'ai vu Am  ma vie défiler, devant  E  mes yeux déconcertés
Et j'a F i senti la sueur couler, le long  G  d'ma tempe……
 
 
Ça A  faisait deux petits mois d'amour qu'on s'c E  onnaissait
Fal A lait voir ça la belle p'tite cour,  D  que tu m'faisait
J'avai A s cessé d'me protéger, depuis E  le c½ur jusqu'à la chair
J'me  A sentais en sécurité, jusqu'à E  c'que j'vois….les s C  ouliers verts
 
 
Des souliers verts à t F  alons hauts, sur la tablette
Une paire d G e souliers verts de femme, C  ou de tapette
J'les ai r' Am gardés droit dans les semelles, Dieu merci E  , c'tait pas ta pointure
J'suis allée  F m'mettre des gants d'vaisselle, pour m'empa G  rer d'ces p'tites ordures
 
 
Quand  C j'suis arrivée dans la chambre, en t' F  les montrant
T'étai G s comme un caméléon s C  ur le lit blanc
Je t'ai  Am demandé à qui c'était, j'peux pas  E  croire que t'as bredouillé
Exacteme F nt c'que je craignais, que t'en avais G  aucune idée
*Que t'é F tais le premier surpris, qu't'avai C  s jamais vu ça avant
*Au grand ja G  mais, jamais d'la vie, non…sincèrement ! !
 
 
…Ben oui ça pousse F  des souliers verts, c'est comme une sorte de  C  champignons
Une sorte de queno G uille ou d'fougère, ça devait être humid C  e dans ta maison
C'est parfait F ement compréhensible, qu'ça apparai C  sse des souliers verts
J'pense même qu'y en a d G  es comestibles, mais eux ils poussent dans l'Frigidaire
C'est sûr  F qu'j'ai pas à m'inquiéter, des petites chaussures C  de rien du tout
Le petit modèle  G de fin de soirée, pour dames à quat C  re pattes ou à genoux
Qui sait si  F c'est pas l'Saint-Esprit, qui est venu t'oc C  troyer des souliers
C'co G mme les brassières en dessous du lit, qui poussent chez d'autres miracu E  lés, bien sûr !
 
 
Ça A  faisait deux petit mois d'amour, qu'on s'co E  nnaissait
J'al A lais quand même pas laisser ça  D  nous séparer
Mais si  A tu veux bien mon amour, j'vais me perm E  ettre un commentaire
Pour toutes l A es jeunes filles au c½ur lourd, qui ont E  rencontré des souliers verts
Allez che D rcher vos gants d'vaisselle puis jetez-moi A  ça à la poubelle
Vous saurez pas l' E  fond d'l'histoire puis c'est p't-être mieux de n'pas l'savoir
Fermez vos D  yeux petites brebis, vous ire A  z droit au paradis
Le ciel es E t rempli de petits anges, qui ont jeté de A  s souliers aux vidanges
Et puis j'vo D us parie qu'en enfer, dans la bas A  se-cour du vieux Satan
Y'a plein de pou E  les en souliers verts, et y'a plein de maris innocents
Qui n'les ont jamais vu avant, non…,  A sincèreme D nt ! ! A   !  Bien sûr… !
Version : 1.0
Dernière modification : 2004-01-01
Avertissement Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes