Connexion membre

Recueils : publics
persos
Artistes :
Titres :
Paroles : Jean Leloup
Musique : Jean Leloup, Yves Desrosiers
Tonalité :

Intro : G   D   Am   Em  (2x)
 
 
 Em Les oiseaux chantonnaient dans la jungle maudi D  te
 C Nous marchions déjà depuis trois jours et tr G  ois nuits
 Em dans le silence épais protégé des lian D  es
 C nos pas nous suivaient et moi je la précéd G  ais
 Am  encore une fois dit-elle quand le soleil tombait
 G  redis-moi comment en quel endroit nous irons,
 Am nous allons au dôme et là ou nous allo C  ns
ne se trouvent que des ge D ns qui ont tout espé Em 
le dôme est immen D  se au coeur de la forêt
et on d C it qu'il éclaire       G 
 
 
à des milles à la r Em onde  D 
à des milles à la r C onde G 
 
 
 G Les oiseaux chantonnaient dans la jungle maud D  ite
 Am nous marchions lentement vers le dôm Em  e aux cent noms
elle suiv G ait patiemment le chemin m D  al dessiné
et le s Am oir se couchait et elle r Em  ecommençait
Dis-moi t G ous ces gens qui construis D  irent le dôme
pourquoi n'arr Am ivèrent-ils qu'à cette se Em  ule solution ?
La quest G ion était bonne alors je r D  éfléchis
référ Am ant aux échos mille fois e Em  ntendus
Il y a vingt ans G  je crois naquit le premier fou
puis plus tar D  d eut lieu l'épidémie
chaque vil C  le posséda deux ou trois de ces fous
mais personn G  e au début ne savait qu'ils étaient fous
 Em Ils n'étaient anormaux que de par la facult D  é qu'ils avaient
de ne jamais être intéressés  C plus longtemps qu'une minute à quoi que ce so G  it
Quelques-un Am  s se tuèrent et les autres comprirent
qu'il falla G  it rechercher un endroit où aller
c'est ai Am  nsi qu'ils bâtirent un grand dôme aux cent noms
et on d C it qu'il éclai D  re
 
 
à des milles à la  Em ronde D 
à des milles à la  C rond G  e
à des milles à la  Em ronde D 
à des milles à la  C rond G  e
 
 
 Em et pendant que nous marchions vers la mort cert D  aine
je commenç Em ais à croire à la fable du dôme quand un jour au le D  ver
je fus saisi d'angoisse une sorte de vert Am  ige une fébrilité
J'entend G  is la musique et je vis la lumière
une immense bo Am  ule en verre s'élevait devant nous
à l'intér C ieur les ombres de mes  D  inventions
jeunes h Em ommes et jeunes filles répé D  tés en centaines
deux mi C lle répliques parfaites de  G  moi et de elle
rassem Em blés doucement dans la sp D  hère en cristal
buvaient nonch C alamment des verres fl G  uorescents
 
 
La mus Em ique martelait à cent li D  eues à la ronde
et l'écl C airage créait les oiseaux a G  lbinos
dont les p Em lus surprenants étaient les c D  ent toucans
rouge et jau C ne au milieu de la n G  uit stroboscope
 
 
 G   D   Am   Em 
 
 
Nous al G lions vers le dôme et là où n D  ous allions
ne se tr Am ouvent que les gens qui ont tout e Em  spéré
Le d G ôme est immense au coeur de  D  la forêt
et on d Am it qu'il éclaire à des milles à Em  la ronde
 
 
Au-ded G ans rassemblés les déses D  pérés du temps
les perd Am us qui recherchent le p Em  aradis
on m'a d G it qu'ils étaient assez  D  jeunes et pourtant
semble-t- Am il qu'ils ne font que parl Em  er lentement
 
 
 G    D 
                  Am   Em 
À des milles à la ronde
À des milles à la  G rond D  e
À des milles à la  Am ronde D 
 
 
Finale : G   D   C   Em 
 
Version : 1.3
Dernière modification : 2014-03-31
Avertissement Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes