Connexion membre

Recueils : publics
persos
Artistes :
Titres :
menu

LE FANTÔME

-

Georges Brassens menu

Paroles et musique : Georges Brassens
Tonalité :

 G C'était tremblant, c'était troublant, C E7  'était vêtu d'un drap tout blanc,
Ça pr Am ésenta D7 it tous les symptô G mes, G7  Tous l C es dehors de l G  a vision,
Les f B7 aux airs de l'ap Em parition, En C  un mot, c Cm 'était u G n fa Em ntôme Am  !    D7       G 
 
 
A sa manière d'avancer, A sa façon de balancer
Les hanches quelque peu convexes, Je compris que j'avais affaire
A quelqu'un du genre que j'préfère : A un fantôme du beau sexe.
 
 
" Je suis un p'tit poucet perdu, Me dit-elle, d'une voix morfondue,
Un pauvre fantôme en déroute. Plus de trace des feux follets,
Plus de trace des osselets, Dont j'avais jalonné ma route ! "
 
 
" Des poètes sans inspiration, Auront pris - quelle aberration ! -
Mes feux follets pour des étoiles. De pauvres chiens de commissaire
Auront croqué - quelle misère ! - Mes osselets bien garnis de moelle. "
 
 
" A l'heure où le coq chantera, J'aurai bonne mine avec mon drap
Plein de faux plis et de coutures ! Et dans ce siècle profane où
Les gens ne croient plus guère à nous, On va crier à l'imposture. "
 
 
Moi, qu'un chat perdu fait pleurer, Pensez si j'eus le cœur serré
Devant l'embarras du fantôme. " Venez, dis-je en prenant sa main,
Que je vous montre le chemin, Que je vous reconduise at home "
 
 
L'histoire finirait ici, Mais la brise, et je l'en r'mercie,
Troussa le drap d'ma cavalière... Dame, il manquait quelques osselets,
Mais le reste, loin d'être laid, Était d'une grâce singulière.
 
 
Mon Cupidon, qui avait la, Flèche facile en ce temps-là,
Fit mouche et, le feu sur les tempes, Je conviai, sournoisement,
La belle à venir un moment, Voir mes icônes, mes estampes...
 
 
" Mon cher, dit-elle, vous êtes fou ! J'ai deux mille ans de plus que vous... "
" Le temps, madame, que nous importe ! " - Mettant le fantôme sous mon bras,
Bien enveloppé dans son drap, Vers mes pénates je l'emporte !
 
 
Eh bien, messieurs, qu'on se le dise : Ces belles dames de jadis
Sont de satanées polissonnes, Plus expertes dans le déduit
Que certaines dames d'aujourd'hui, Et je ne veux nommer personne !
 
 
Au p'tit jour on m'a réveillé, On secouait mon oreiller
Avec une fougue pleine de promesses. Mais, foin des délices de Capoue !
C'était mon père criant : " Debout ! Vains dieux, tu vas manquer la messe ! "
 
 
Mais, foin des délices de Capoue !
C'était mon père criant : " Debout ! Vains dieux, tu vas manquer la messe ! "
 
Version : 1.1
Dernière modification : 2017-10-01
Avertissement Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes