Connexion membre

Recueils : publics
persos
Artistes :
Titres :
Paroles et musique : François Lachance
Tonalité :

Intro : A   G#m7   F#m7   E 
 
 
Ils s'ai A maient comm'des enf G#m7 ants qui  F#m7 découvrent l' E  amour
Ils passaient  F#m7 parfois mêm'le t E emps à se jou F#m7 er des  B  tours,
Ils déjou A aient tranquille E ment tous F#m7  les compte à r E  ebours,
Le chagrin  F#m7 effleurait rar' E ment leurs c½urs, pa F#m7 rfois un peu trop E  lourds   F#m7         E 
 
 
Ils a A vaient su deve E nir de bons pa F#m7 rents pour leurs e E  nfants.
Transmettant  F#m7 les plus belles va E leurs, tout's celles qui F#m7  nous demeurent vra B  iment
Ils vieillis A saient dans l'abon E dance, faisant pa F#m7 sser famille d E  evant.
Suivant les  F#m7 m½urs du bon vieux  E temps, dans l'temps qu'l' F#m7 amour, c'tait ça l'a E  rgent.
Et moi, je  F#m7 chante cet hymne  G#m7 à l'amour un A  peu pour cél B  ébrer,
Tout ceux qui  F#m7 vivent pour rire et G#m7  être   F#m7 ai- - m E  és
Et moi, je  F#m7 chante et puis j'ap G#m7 prends un peu en A  les regardant B  bien
Et c'est comme  F#m7 ça qu'j'me dis qu'il G#m7  f'ra   F#m7 bon dem E ain      F#m7         E 
Ils voyagèrent partout dans l'monde, découvrant des merveilles
Des plages d'or à pertes de vue, les pieds dans l'eau et le soleil.
Ils n'avaient pas besoin de cartes ou d'un itinéraire
Ils se perdaient comme deux amants quelque part au bord de la mer.
 
 
Ils s'étonnèrent de toutes leurs joies et s'consolèrent de toutes leurs peines
Vibrant au rythme des secondes qui passent, qui passent et qui s'oublient
Ils savouraient chaque moment comme si c'était bien le dernier
Et ils s'embrassaient chaque soir encore, un peu avant de se coucher.
Et moi, je chante cet hymne à l'amour un peu pour célébrer,
Tout ceux qui vivent pour rire et être aimés
Et moi, je chante et puis j'apprends un peu en les regardant bien
Et c'est comme ça qu'j'me dis qu'il fera beau demain
Et c'est comme ça que la vie passe, le sablier entre les mains
L'automne et le printemps s'échangent le même refrain.
L'hiver passe plus vite qu'avant, l'été, lui, fait toujours l'affaire
Et ils sont, bien malgré tout ça, dans le confort de leur chaumière
La, la, la, la...
Version : 1.0
Dernière modification : 2013-04-19
Avertissement Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes