Recueils :

Artistes :

Titres :

LES BOUGIES FONDUES
FRANCIS CABREL
Capo III
Tonalité :
  • E
  • F
  • Gb
  • G
  • Ab
  • A
  • Bb
  • B
  • C
  • Db
  • D
  • Eb
  • E
Intro : Am 
 
 
 Am  Sur mon grand canapé allongé sur la lune
J'avais  F  les bras croisés, j'attendais la fortune
Entre de E ux cloisons vides et une ampoule nue la po F  ésie
 
 
Ma vie a C  llait passer paisible et sans histoire
Mais to E  ut était trop vrai et j'ai préféré croire
Aux form Am es dessinées dans les bougies fondues F 
 E La poésie_où y en a jamais eu Am 
 
 
 Am  Une barre d'immeuble me barre l'horizon
Ceux qui F  l'ont dessiné toujours pas en prison
L'enfant E  peut griffonner un graffiti de plus la poési F  e
 
 
Sur le t C  rottoir mal fait qui se fend et qui craque
Comme on E  marque un arrêt, on se voit dans les flaques
Un morcea Am u d'au-delà à nos pieds descend F  u
La po E ésie où y en a jamais eu Am 
 
 
 Am  La vie est un concours où personne ne gagne
Un che F  min qui s'enroule autour d'une montagne
On se re E trouve en haut tous, le moment venu, la poési F  e
 
 
J'ai vu l' C  homme passer, armé comme à la guerre
Mourir c'e E  st son projet, il va falloir s'y faire
On dans Am era plus tard, au calme reven F  u
La poé E sie où y en a jamais eu Am 
 
 
 Am  Du gamin rescapé sous des tonnes de pierres
Aux flo F  cons envolés de leur boule de verre
On pens E e que le ciel serait intervenu, la poési F  e
 
 
Du tig C  re prisonnier elle écarte les grilles
Les dix E  mètres carrés pour lui et sa famille
Deviennen Am t à chaque pas une immense étendu F  e
La poé E sie où y en a jamais eu Am 
 
 
 Am  Regarde elle a 10 ans et vois comme elle est belle
Elle est  F  belle et pourtant elle ne sort de chez elle
Qu'avec l E 'âme et le corps caché sous les tissus, la poési F  e
 
 
En reto C  urnant chez moi j'ai croisé des fanfares
Des rang E  ées de tambour des grelots des guitares
Elle marc Am hait devant ses longs cheveux défaits F 
La poé E sie où y en aura jamai Am  s
 
 
 Am  Elle tourne à la radio la jolie ritournelle
Elle est  F  triste sans lui, il est triste sans elle
Et flash E ent les radars sur les sentiers battus, la poési F  e
 
 
Pourtant la r C  ue vibrait encombré de voiture
Le soleil s'a E  ccrochait aux angles des toitures
Et chaque arb Am re prenait des poses de statu F  es
La po E ésie où il y en a jamais e Am  u
 
 
 Am  Si un jour je croisais au hasard d'un visage
Le chan F  teur que j'étais dans les bals de village
On se re E garderait comme deux inconnus, la poési F  e
 
 
Il me di C  rait sûrement t'as du en voir du monde
Il se po E  urrait pourtant qu'à la fin je réponde
C'est ce Am lui que j'étais qui me manque l F  e plus
La po E ésie où y en a jamais e Am  u
 
 
 Am  Je m'abimais les yeux sous la voûte céleste
Savoir où  F  sont marquées les heures qu'il me reste
Et chercher E  pour demain ce qu'il y a de prévu, la poési F  e
 
 
Comme des vé C  rités je n'en trouvais aucune
Sur le gr E  and canapé allongé sous la lune
J'ai cher Am ché dans les bougies fond F  ues
La po E ésie où il y en a jamais  Am  eu
 
imprimante

Contributions

 christis, version 1.0

Évaluation

Recueil(s)

Vous devez vous inscrire ou vous enregistrer afin de gérer vos recueils de chansons...

Version : 1.1
Dernière modification : 2020-10-20
Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes