Connexion membre

Recueils : publics
persos
Artistes :
Titres :
13ème disque de Dalida: adaptation de « Piccolissima serenata » (nov. 1958)
Paroles : G. Ferrio, (Adapt. fr. F. Bonifay, Jacques Hourdeaux)
Musique : G. Ferrio
Tonalité :

(Tonalité véritable : G)
 
Intro : G7   C6   G7   C6 
 
 
Tu n'as qu'un tré Dm7 sor, celui G7  de tes vingt C  ans
Tu ne  Bb7(dim) vis que de  Dm7 rêves et de  F#7(dim) l'air  du   C6  temps.
Je mène avec  Dm7 toi une G7  vie de b C  ohème
 C7(dim) Et nous n'avons G  même pas un D7  sou va G7  illant.
Ça nous est é C6 gal, du moment qu'on  G7  s'aime
Qu'on soit obli G7 gés de jeûner sou C6  vent
Grâce à tes bai C6 sers, j'oublie le ca G7  rême
Toi, tu fais de  G7 même
Du moment qu'on  C6  s'aime...
Dans notre sixième, sous les toits, tout là-haut
Nous vivons à l'étroit comme deux moineaux
Et lorsque l'hiver brusquement se déchaîne
Si le froid nous gêne, on n's'en plaint pas trop.
Ça nous est égal, du moment qu'on s'aime
S'il y'a de la glace après les carreaux
Blottie dans mes bras, mes bras qui t'enchaînent
Tu es bien quand même
Du moment qu'on s'aime.
Si je travaillais tous les jours sans à-coup
Peut-être bien qu'on pourrait joindre les deux bouts
Mais dès que je vois tes yeux d'enfant pas sage
Tout mon grand courage s'en va d'un seul coup.
Ça n'est pas pourtant que l'on ait la flemme
Mais pour égrainer tous nos p'tits mots doux
Les trente jours du mois nous suffisent à peine
Du moment qu'on s'aime
Du moment qu'on s'aime.
 
 
Ça t'es bien égal si pour tes étrennes
Je ne peux jamais t'offrir de bijoux
Un bouquet d'violettes ou de marjolaines
Ça te plaît quand même
Du moment qu'on s'aime.
 
 
Nous passons souvent pour de vrais bohèmes
Qu'importe après tout ce qu'on dit partout
Car la vie pour nous n'est plus un problème
Du moment qu'on s'aime
Du moment qu'on s'aime.
 
Version : 1.0
Dernière modification : 2013-08-14
Avertissement Avertissement sur les droits d'auteurs concernant les textes